RAPHAËLLE OU L'ORDRE DES CHOSES
Roman publié en 2006
aux Editions Mutine

RAPHAËLLE OU L'ORDRE DES CHOSES

Le terroir gascon n’est ici que le décor d’un drame humain plus universel : celui des ravages causés sur le fils par le non amour de la mère et le piège de l’ordre des choses. Georges est un paysan. Il vit dans le vignoble du Madiran aux environs de 1900 pendant la crise du phylloxéra. A ce titre, le roman évoque aussi les travaux et les jours d’un microcosme rural pris dans les prémisses douloureuses d’une profonde mutation.

Ecrit à la première personne, RAPHAËLLE ou l’ Ordre des Choses est essentiellement un long cri de rage. Pour échapper à cette mère qu’il croit attachée à lui nuire, Georges évoque dans ce journal de la souffrance et des espoirs quotidiens, les diverses issues explorées : l’amour, la réussite sociale et le verbe.
Son écriture exprime son trop-plein de vitalité, de violence, de désir, et la fusion avec la terre. Sa ponctuation vise souvent à rendre la respiration de la pensée ou de l’émotion ou même le rythme de la transe. Sa langue, à la fois riche et chatoyante, savante et poétique, savoureuse et populaire est celle de l’ancien séminariste, du professionnel de la viticulture et du paysan gascon.
Quatre figures de femmes marquent l’histoire de Georges : la Mancogne, sorte de monstre femelle, à la tendresse animale, Alphonsine à la beauté sensuelle, Raphaëlle qui condense le désir d’idéal. Mais la femme la plus prégnante reste la mère détestée. Elle pèse à la façon de cet ordre des choses qui, pour l’essentiel, impose sa voie.

YVAN COLONNA : L'INNOCENCE QUI DÉRANGE
LA FAUTE DE PERSONNE
LE ROMAN DE GHJUVANNI STEPHAGESE
RaphaËlle ou l'ordre des choses
actualites 2014-05-06 2012-12-31 2012-05-27