2013

Prochain Roman "L'empereur de la Came"
Marseille

Mon site est resté en sommeil depuis un certain nombre de mois. Cela s'explique essentiellement par la rédaction du roman auquel je travaille actuellement et qui me mobilise presque à plein temps.

C'est l'histoire du dernier survivant majeur de la french connection que l'on m'a proposé d'écrire. Et, parce que je ne suis ni curé , ni flic, ni juge mais seulement romancier, j'ai accepté cette aventure à laquelle pourtant rien ne me destinait.
 

DE QUOI S'AGIT-IL ?
 

« L'empereur de la came ».

*** a été sans conteste le « chimiste » le plus efficace de ce réseau que les Américains ont appelé la « french connection ». Le rôle qu'il y a joué l'a fait surnommer l' «empereur de la came ». Après quinze années de prison il a payé sa dette à la société.
 

Une approche nouvelle de la french connection

Jusqu'ici, de la french connection ou du grand banditisme, le cinéma ou la littérature ont essentiellement évoqué des épisodes spectaculaires la plupart du temps imaginaires ou déformés : les coups de main, les tueries, les règlements de comptes... Ce que *** raconte avec l'accent et le langage du Vieux-Port, c'est, vus de l'intérieur, la vie quotidienne, les mœurs, les mentalités, les comportements... Cette vie qui n'a jamais été réellement montrée jusqu'ici est animée par des personnages à mi-chemin entre Pagnol et Truman Capote. Les bas-fonds de Marseille renaissent sous nos yeux. On y voit passer de grandes figures du banditisme comme Mémé Guérini, Tony Zampa, le Belge ou Jackye Imbert, acteurs d'une société parallèle qui a, comme l'autre, ses snobs et ses courtisans, ses lâches et ses têtes brûlées. Ces caïds, *** les a tous connus mais, contrairement à beaucoup d'autres, il a eu la sagesse ou l'habileté de ne pas se laisser brûler à leur contact.
 

La démarche littéraire

Pour des raisons qui sont les siennes, *** qui mène, non loin du Vieux-Port, une vie très rangée a décidé de raconter son histoire. Le hasard aidant, j'ai été choisi pour l'écrire sous forme de roman biographique. *** a parlé avec spontanéité ou répondu à mes questions. Il en découle un récit à la première personne qui s'attache à garder le ton de la narration orale. Par moments, l'auteur intervient à la troisième personne quand il s'agit de pallier quelque difficulté à exprimer ou analyser des moments plus délicats, plus intimes ou plus forts.
 

Une affaire toujours d'actualité

Bien que tout cela se soit déroulé il y a plus de trente ans, des épisodes tels que l'assassinat du juge Michel restent très présents dans les mémoires. Régulièrement, on en reparle. Récemment encore à l'occasion de l'arrestation de Tony l'Anguille, l'un des lieutenants du Belge. Et même « Plus belle la vie » vient de l'utiliser, dans l'un de ses épisodes...

actualites 2014-05-06 2012-12-31 2012-05-27